Plénitude du vide : exercice de déconstruction préalable à une lecture orientale de Die Aufgabe des Übersetzers de Walter Benjamin

Laurent Lamy

Resumen


Résumé:
Cette étude, qui s’éloigne des sentiers battus, se propose d’esquisser un rapprochement entre des notions-clefs qui forment le soutènement métaphorique de l’essai sur la traduction de Walter Benjamin, Die Aufgabe des Übersetzers, et des schèmes symboliques et des notions cardinales de pensées d’origine moyenne- et extrême-orientales. Ainsi, les notions de pure communicabilité (Mitteilbarkeit), de « pure langue » (reine Sprache), de dissymétrie entre les langues ou encore de contact tangentiel et infinitésimal sont interprétées comme une incorporation et une incubation par Benjamin de schèmes symboliques d’extraction kabbalistique, plus précisément empruntés au mythe cosmogonique élaboré par Isaac Louria, à Safed en Palestine au XVIe siècle. Un important développement est ensuite consacré à tout un faisceau de corrélations pouvant être esquissées entre la conception du langage comme pur médium chez Benjamin et des intuitions majeures du bouddhisme Mahāyāna, dit du « Grand Véhicule », qui se prolonge dans le bouddhisme Sōtō zen japonais, qui sera ensuite incorporé par les penseurs de l’École de Kyoto, Nishida Kitaro et Watsuji Tetsuro, au début du XXe siècle. Ces développements n’ont d’autre ambition que d’élaborer à la faveur de lectures tangentes une matrice plus large en matière d’interprétation que l’on peut associer à l’ébauche d’une « lecture orientale » des thèses de Benjamin, qui permet d’aller plus en profondeur dans la compréhension de notions parfois jugées difficiles, voire abstruses.
Mots-Clés: lecture orientale, Benjamin, Bouddhisme, intérpretation.

La plenitud del vacío: ejercicio de deconstrucción previo a una lectura oriental de Die Aufgabe des Übersetzers de Walter Benjamin

Resumen:
Este estudio, que se aleja de caminos conocidos, se propone esbozar un acercamiento entre las nociones claves que conforman el sustrato metafórico del ensayo sobre la traducción de Walter Benjamin, Die Aufgabe des Übersetzers, y entre los esquemas simbólicos y las nociones cardinales de ideas provenientes del Medio y del Extremo Oriente. Así, las nociones de comunicabilidad pura (Mitteilbarkeit), de “lengua pura” (reine Sprache), de disimetría entre las lenguas o incluso de contacto tangencial o infinitesimal se interpretan como un incorporación y una incubación que hace Benjamin de esquemas simbólicos de extracción kabalística, más precisamente tomados del mito cosmogónico elaborado por Isaac Louria, en Safed, Palestine, en el siglo XVI. Un desarrollo importante está dedicado luego a todo un abanico de correlaciones que se pueden esbozar entre la concepción de la lengua como medio puro en Benajmin y las intuiciones más importantes del budismo Mahāyāna, llamado del “Gran vehículo”, que se prolonga en el budismo Sōtō zen japonés, que incorporarán luego los pensadores de la Escuela de Kyoto, Nishida Kitaro y Watsuji Tetsuro, a comienzos del siglo XX. Estos desarrollos no tienen otra ambición que elaborar, en beneficio de lecturas tangentes, una matriz más amplia en material de interpretación que puede asociarse con el esbozo de una “lectura oriental” de las tesis de Benjamin, permitiendo profundizar en la comprensión de nociones con frecuencia juzgadas difíciles, incluso abstrusas. Palabras clave: lectura oriental, Benjamin, Budismo, interpretación.

The fullness of void: an exercise of deconstruction prior to an oriental reading of Die Aufgabe des Übersetzers by Walter Benjamin

Abstract:
Getting away from the common interpretations, this paper seeks to delineate an approach among the fundamental key notions of Walter Benjamin’s essay, Die Aufgabe des Übersetzers, and between the symbolic schemes and the main notions coming from the Middle and Extreme East. Thus, the notions of pure communicability (Mitteilbarkeit), “pure language” (reine Sprache), dissymmetry between languages and even tangential or infinitesimal contact are interpreted as an incorporation or incubation made by Benjamin, of symbolic schemes of Kabbalistic extraction, more precisely taken from the cosmogonist myth elaborated by Isaac Louria in Safed, Palestine, during the 16th century. An important development is dedicated to an array of correlations that can be drawn between the conception of language as pure medium in Benjamin and the most important intuitions of Mahāyāna Bouddhism called “The Great Vehicle”, extended to the Sōtō Japanese Zen Bouddhism, incorporated further on by the Kyoto School, Nishida Kitaro and Watsuji Tetsuro, at the beginning of the 20th century. These developments have no other ambition than to elaborate, in favour of tangent readings, a wider interpretation matrix that could be associated with the outline of an “oriental reading” of Benjamin’s thesis, leading to a deeper understanding of notions often judged difficult or even abstruse.
Keywords: Oriental Reading. Benjamin. Bouddhism. Interpretation.

Fecha de recepción: 27/03/2014
Fecha de aceptación: 24/04/2014

¿Cómo citar este artículo?
Lamy, L. (2014). Plénitude du vide : exercice de déconstruction préalable à une lecture orientale de Die Aufgabe des Übersetzers de Walter Benjamin. Mutatis Mutandis, 7(2), 418-456. 


Texto completo:

PDF

Referencias


AGAMBEN, Giorgio (1990) : La communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque, traduit de l’Italien par Marilène Raiola, Paris, Seuil.

BENJAMIN, Walter (1966) : Briefe, éd. et annotés par Gershom Scholem et Theodor W. Adorno, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag.

BENJAMIN, Walter (1972) : « Die Aufgabe des Übersetzers », in Rolf Tiedemann et Hermann Scheppenhäuser (dirs.), Gesammelte Schriften, Bd. IV/1 : Kleine Prosa. Baudelaire – Übertragungen. Frankfurt/Main, Suhrkamp, pp. 9-21.

BENJAMIN, Walter (1979-80) : Correspondance, éd. par Gershom Scholem et Theodor Wiesengrund Adorno, trad. de l’allemand par Guy Petitdemange, vol. 1, 1910-1928; vol.2, 1929-1940, Paris, Aubier-Montaigne.

BENJAMIN, Walter (1991) : « Über Sprache überhaupt und über die Sprache des Menschen », in Rolf Tiedemann et Hermann Schweppenhäuser (dirs.), Gesammelte Schriften, Bd. II/1, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, pp. 140-157.

BENJAMIN, Walter (1997) : « L’abandon du traducteur. Prolégomènes à la traduction des Tableaux parisiens de Charles Baudelaire », trad. et notes par Laurent Lamy et Alexis Nouss, TTR, X-2 : 13-62.

BENJAMIN, Walter (2000a) : « Sur le langage en général et sur le langage humain », in OEuvres I, trad. par M. de Gandillac, revue par Rainer Rochlitz. Paris, Gallimard, pp. 142-165.

BENJAMIN, Walter (2000b) : « Commentaires de quelques poèmes de Brecht », in OEuvres III, trad. par R. Rochlitz, Paris, Gallimard, pp. 226-268.

BENJAMIN, Walter (2000c) : « Sur le concept d’histoire », in OEuvres III, trad. par M. de Gandillac, revue par Pierre Rusch. Paris, Gallimard, pp. 427-443.

BERMAN, Antoine (2008) : L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire, texte établi par Isabelle Berman avec la collaboration de Valentina Sommella, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Intempestives ».

BOEHM, Rudolf (1976) : La Métaphysique d'Aristote – Le Fondamental et l'Essential (Das Grunlegende und das Wesentliche), traduction française par Emmanuel Martineau, Gallimard.

BRISSON, Luc (1974) : Le même et l'autre dans la structure ontologique du Timée de Platon. Un commentaire systématique du Timée de Platon, Paris, Klincksieck.

CHANDRAKIRTI (1985) : L’Entrée au milieu, d’après la version tibétaine de Patsab Nyima Dragpa et Tilakakalasha, l’Auto-commentaire de Chandrakîrti et l’exégèse de Tsongkhapa intitulée l’Illumination de la Pensée, traduction française établie sous la direction de Yontsen Gyatso par Georges Driessen assisté de Michel Zaregradsky pour la version définitive, Paris, Dharma.

COHEN, Hermann (1999) : Le principe de la méthode infinitésimale et son histoire, introduction et traduction annotée par Marc de Launay, Paris, Vrin.

DALISSIER, Michel (2006): «The Idea of the Mirror in Dogen and Nishida », in James W. Heisig (ed.), Frontiers of Japanese Philosophy, Nagoya: Nanzan Institute for Religion & Culture, pp. 99-142.

DALISSIER, Michel (2007) : « Nishida Kitarô : le philosophe, sa pensée, et ses enjeux », Réseau Asie & Pacifique, article du mois : 01-11-2007, en ligne : http://www.reseau-asie.com/edito/2071/ [consulté le 12 janvier 2014].

DALISSIER, Michel (2008a) : « La topologie philosophique. Un essai d'introduction à Nishida Kitarô », Centre Sèvres | Archives de Philosophie, Tome 71/4 : 631-668.

DALISSIER, Michel (2008b) : Anfractuosité et unification. La philosophie de Nishida Kitarô, Genève, Droz (Hautes études orientales, 47 ; Extrême-Orient, 11).

DERRIDA, Jacques (1993) : Khôra, Paris, Galilée.

DÔGEN, Eihei (1987) : La vision immédiate. Nature, éveil et tradition selon le Shôbôgenzô, traduction et commentaire par Bernard Faure, Paris, Le Mail.

DÔGEN, Eihei (1997) : Uji / Être-Temps / Being-Time, extrait du Shôbôgenzô, édition triligue, traduction (angl./franç.) par Eidô Shimano Rôshi et Charles Vacher, Paris, Encre Marine.

DÔGEN, Eihei (2005): In-mo / Ça / It. Extrait du Shôbôgenzô, fascicule vingt-neuf, avec calligraphies japonaises, éditions trilingue annotée par Charles Vacher, Paris, Encre Marine.

DÔGEN, Eihei (2010): Treasury of the True Dharma Eye. Zen Master Dogen's Shobo Genzo, édité par by Kazuaki Tanahashi et traduit par une équipe de traducteurs, Boston/Londres, Shambhala Publications.

FINE, Lawrence (2003): Physician of the Soul, Healer of the Cosmos: Isaac Luria and His Kabbalistic Fellowship, Stanford, CA, Stanford UP.

HEIDEGGER, Martin (1964) : Lettre sur l’humanisme (Über den Humanismus), édition bilingue, texte allemand traduit et présenté par Jean Beaufret, Paris, Aubier Montaigne.

LAFONT, Cristina (2002): The Linguistic Turn in Hermeneutic Philosophy, Cambridge, MA, MIT Press.

LAMY, Laurent (2010) : « Compte rendu » : Antoine Berman. L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire. Texte établi par Isabelle Berman avec la collaboration de Valentina Sommella. Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Intempestives », 2008, TTR, XXIII-1 : 210-258 ; en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/044937ar

LAO TSEU (1979) : La voie et sa vertu : tao-tê-king. Texte chinois présenté et traduit par François Houang et Pierre Leyris, Paris, Seuil.

MÜLLER, Ralf (2009): « Watsuji’s Reading of Dogen’s Shobogenzo », in Raquel Bouso Garcia et James W. Heisig (eds.), Frontiers of Japanese Philosophy 6: « Confluences and Cross-Currents », Nagoya, Nanzan Institute for Religion & Culture, pp. 109-125.

NÂGÂRJUNA (2002) : Stances du milieu par excellence (Madhyamaka-kârikâs), traduit de l’original sanscrit, présenté et annoté par Guy Bugault, Paris, Gallimard, « Connaissance de l’Orient ».

ORIMO, Yoko (2003) : Le Shôbôgenzô de Maître Dôgen, préface de Pierre Hadot, Paris, Éditions Sully.

ORIMO, Yoko (2005-2009) : Le Shôbôgenzô, La Vraie Loi, Trésor de l'OEil, Traduction intégrale 4 tomes parus, Paris, Éditions Sully.

RILKE, Rainer (1972) : « Huitième Élégie de Duino », trad. de l’allemand par Roger Munier, Le Nouveau Commerce, Nos 21-22 : 58-61.

ROSENZWEIG, Franz (1998) : L’écriture, le verbe et autres essais, traduction, notes et préface de Jean-Luc Evard, Paris, PUF.

SANKARA (1951) : Prolégomènes au Vedânta, texte traduit du sanskrit par Louis Renou, Paris, Adrien Maisonneuve.

SONTAG, Susan (2002): Under the Sign of Saturn, New York, NY, Picador US (Macmillan).

STEVENS, Bernard (2000) : Topologie du néant. Une approche de l'école de Kyôto, Louvain-Paris, Peeters.

STEVENS, Bernard (2005) : Invitation à la philosophie japonaise. Autour de Nishida, CNRS Éditions, Paris.

TREMBLAY, Jacinthe (1996) : « Néantisation et relationalité chez Nishida Kitarô et Watsuji Tetsurô », Théologiques, Vol. 4, No 2 : 63-82.

VITAL, Hayyim (1987) : Traité des révolutions des âmes (Sepher Ha-Gilgulim), d’après Isaac Louria, première traduction française par E. Jégut, révisée par François Secret, préface de Sédir (Yves LeLoup), Milan, Archè.

VITAL Hayyim (1999) : Sha’ar ha-Haqdamot : The Tree of Life : The Palace of Adam Kadmon, Vol. I : Chayyim Vital’s Introduction to the Kabbalah of Isaac Luria, traduit avec une introduction par Donald Wilder Menzi et Zwe Padeth, Northvale, NJ, Jason Aronson.

WATSUJI, Tetsuro (1996) : Watsuji Tetsurô's Rinrigaku : Ethics in Japan, traduit du japonais par Yamamoto Seiseku et Robert E. Carter avec une introduction et un essai interprétatif par R. E. Carter, Albany, NY, State University of New York Press.

WATSUJI, Testuro (2003) : « La signification de l'éthique en tant qu'étude de l'être humain », traduit du japonais par Bernard Stevens en collaboration avec Tadanori Takada, Philosophie, No 79 : Phénoménologie japonaise : 5-24.

WATSUJI, Tetsuro (2011a): Purifying Zen: Watsuji Tetsuro's Shamon Dogen, trad. du japonais avec un commentaire par Steve Bein, préface de Thomas P. Kasulis, Honolulu, University of Hawai’i Press.

WATSUJI Tetsurô (2011b) : Fûdo. Le milieu humain, traduction et commentaire par Augustin Berque, avec le concours de Pauline Couteau et Kuroda Akinobu, Paris, Editions du CNRS.

WEBER, Samuel S. (2008): Benjamin’s –abilities, Cambridge, MA/Londres, Harvard UP.

WITTGENSTEIN, Ludwig (1960) : Schriften : Tractatus Logico-Philosophicus – Tagebücher – Philosophische Untersuchungen, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag.




Copyright (c)

Esta publicación hace parte del Sistema de Revistas de la Universidad de Antioquia
¿Quieres aprender a usar el Open Journal system? Ingresa al Curso virtual
Este sistema es administrado por el Programa Integración de Tecnologías a la Docencia
Universidad de Antioquia
Powered by Public Knowledge Project